La reconstruction d’aréole mammaire par dermopigmentation : 3 jours suffisent pour l’apprendre !

Recréer la forme de la poitrine après une tumorectomie s’avère être une technique complexe et délicate en dermopigmentation. Les méthodes de base s’appliquent mais cette intervention demande également quelques précautions et une bonne connaissance en la matière. On peut façonner une belle poitrine avec des pigments et en faire une activité à part entière dans son salon de beauté. La dermopigmentation de l’aréole mammaire est devenue un recours efficace pour les victimes de cancer de sein. C’est tendance, c’est efficace et 3 jours suffisent pour la maîtriser !

Apprendre à dissimuler les cicatrices laissées par les opérations

Ce qui nous gêne le plus, c’est de se retrouver avec une poitrine détruite esthétiquement après des opérations décisives comme la mastectomie et la tumorectomie. Quand on retire la totalité d’un sein, il n’y reste plus que des cicatrices. L’apprentissage commence donc par les méthodes pour cacher ces marques, ce qui peut être une tâche difficile sur certaines carnations de peau. Les cicatrices peuvent prendre une tonalité plus claire et pour uniformiser l’apparence de la zone, il est nécessaire d’utiliser le bon pigment. La formation en dermopigmentation correctrice ou réparatrice des aéroles mammaires vous guide alors pour effectuer la retouche des cicatrices sur les patientes et pour assurer en même temps une apparence discrète de ces marques. A noter que pour accélérer l’apprentissage, on demande souvent aux apprentis de suivre au préalable d’autres formations élémentaires en dermopigmentation afin de faciliter la mise en niveau.

Dessiner une poitrine 3D

En une seule journée, on peut facilement apprendre à faire les diverses tâches de correction nécessaires. Mais l’étape qui suit se révèle encore très importante lors d’une dermopigmentation des aréoles mammaires. Effectivement, il faut maintenant acquérir les bonnes méthodes pour dessiner une poitrine 3D sur celle abîmée. C’est un vrai art où on façonne de manière identique l’aréole mammaire et cela implique aussi une création de la nouvelle forme de la poitrine. L’effet 3D requiert également un grand sens des détails car sur certaines zones, on doit créer des traits et sur d’autres des pointillés. L’effet d’ombrage est aussi indispensable pour rendre la retouche la plus naturelle possible. Et puis, le microneedling qui est un moyen de régénérer rapidement les cellules de la peau.

Créer un résultat satisfaisant

Les patientes doivent sortir avec une nouvelle poitrine embellie et c’est un grand défi dont la réussite dépend de la formation. En trois jours, on peut suivre un cours théorique complet pour comprendre comment faire la dermopigmentation mammaire et réaliser des petits exercices. Cette durée suffit largement aussi pour reconnaître les attentes des clientes et proposer une intervention qui soit à la hauteur. La correction de la zone de la poitrine est une pratique délicate et chaque praticienne doit maîtriser la technique de pigmentation pour que la satisfaction soit au rendez-vous. Des entraînements font alors partie de la formation afin de mieux s’habituer à la réalisation et de pouvoir mettre en pratique les leçons apprises. L’exercice se fait au début sur des modèles avant de le faire sur des vraies patientes en salon.