L’impact de nos vêtements sur l’écologie

Aujourd’hui encore, peu de gens réalisent que les vêtements induisent une action significative sur l’environnement. Nombre de consommateurs sont d’ailleurs convaincus que la mode et le développement durable constituent deux concepts diamétralement opposés. S’habiller de manière éco-citoyenne constitue cependant un défi qui reste à la portée de tous.

De l’impact environnemental des vêtements

Avant de parvenir entre les mains du consommateur, les vêtements subissent un nombre significatif de traitements qui altèrent de manière non négligeable l’environnement. En effet, les fibres de certains tissus sont préalablement teintées ou délavées à l’aide de produits chimiques extrêmement polluants, comme le chlore. Le processus se poursuit inexorablement pendant les lavages, et ce, jusqu’à ce que l’habit soit définitivement usé. Il devient donc primordial que le consommateur apprenne à faire des choix vestimentaires judicieux. Pour son jean, on peut par exemple utiliser l’outil de calcul ADEME qui permet de mettre en lumière les impacts relatifs au type de textile, à la durée de vie, voire aux modalités d’entretien du vêtement. Afin de réduire la propension de son jean à détériorer l’environnement, on peut de ce fait, le porter cinq fois au lieu de trois fois avant de le laver, choisir d’employer une machine qui soit économe d’un point de vue énergétique ou encore, le laisser sécher à l’air libre pour ne pas le repasser.

Vers une mode éthique et bio

De plus en plus, le concept d’une mode éthique et bio commence à se répandre. C’est une volonté qui trouve son inspiration dans le modèle du commerce équitable. Elle repose entre autres sur le principe qu’il faut accorder une véritable dimension environnementale et sociale à la mode et ainsi, œuvrer pour en limiter les conséquences néfastes. La mode éthique et bio s’attelle par conséquent à optimiser les différentes étapes de production en ayant recours à des matières renouvelables et biologiques, à l’image du chanvre, du bambou, du lin ou encore du coton. Elle s’inscrit également dans un désir de priorisation de procédés de fabrication économes aussi bien en eau qu’en énergie. Les matières animales telles que le cuir et la fourrure sont donc à juste titre fortement prohibées. Comment être alors certain de choisir un vêtement femme écologique? En optant par exemple pour des pièces dont la fabrication influe le moins possible sur la planète. Dans cette optique, on peut dès lors s’orienter vers certains labels écologiques dont les plus fiables restent « Confiance textile » ou encore « Le Cygne blanc ». Ces marques s’appliquent en effet à créer des produits respectant des normes environnementales strictes sans pour autant sacrifier la qualité du vêtement.

S’habiller de manière écologique constitue un enjeu primordial dans cette société où de plus en plus, le mode de consommation présente un impact environnemental et social relativement conséquent.